Un objectif pour ne pas se perdre

J’avoue que je suis très « papillon », je butine à droite à gauche avec une vague idée de ce que je veux et j’avoue aussi que ça ne mène nulle part (c’est un constat).

Comme le dit Annawenn, il n’y a pas de date pour prendre des départs ou de bonnes résolutions alors, à la veille de mes 51 ans, je me lance.

Mon objectif :

  • Arriver à une autonomie quasi-totale en alimentation, transport, électricité, eau, soins et partager avec vous cette expérience.

Mes moyens pour y arriver :

  • Le travail de mes mains dans le jardin, dans la confection des carnets créatifs brodés qui me serviront à noter les avancées, les réussites comme les échecs. Ces mêmes carnets sont mis en vente avec de petites trousses par Annawenn au profit de « la maison écologique ».
  • Les chevaux qui serviront de moyen de transport. Pour l’instant, ce sont mes jambes et ça maintient en forme.
  • La diffusion d’articles sur le blog pour partager les avancées et recueillir des commentaires, des avis, des idées, des conseils.
  • Le carnet créatif servira également d’herbier, la reconnaissance des plantes médicinales et leurs utilités tant pour les humains que pour les chevaux. Observation donc de ce que mange Ganesh et Gaya. En cas de bobos, recensement des points de massage (accu-pression) humains/cheval qui soulagent.
  • Se renseigner sur les différentes méthodes pour arriver à l’autonomie recherchée et analyser celle qui nous convient. (partage de toutes les méthodes).
  • Apprendre à monter à cheval avec la « méthode équi-wild ».

Pendant tout ce temps, être stable, en accord avec soi-même sur l’alimentation qui ne nous correspond pas et ne nous convient pas, limiter les transports motorisés, éteindre et débrancher les prises inutilisées.

Les raisons de cet objectif :

Il n’y a pas d’ordre précis alors pêle-mêle :

  • La santé : nourriture saine (c’est notre premier médicament), exercice physique (marche à pied), soins par les plantes (naturels).
  • L’environnement/l’écologie : économiser les ressources naturels, éviter la pollution, les retraitements de déchets (toilettes sèches pour les eaux vannes et panneaux solaires pour les centrales nucléaires par exemple). Pas besoins d’apporter d’engrais chimiques à vos jardins à vos jardins (compost bio-maîtrise et crottins).
  • Les économies : limiter les consommations extérieures (eau, électricité, carburant,…).

Il y a évidemment beaucoup de choses que nous ne pouvons produire nous-mêmes et qui constitue une partie de notre alimentation comme le bon lait et fromage de notre crémière, le fromage de chèvre Momo, les délicieuses pêches de notre producteur et il est bien sur que pour ces produits, nous allons sur le marché. Pour les produits secs, nous gardons notre vieille enseigne dont la réputation n’est plus à faire.

Tout ceci comprend bien sur l’entretien de notre cocon, quelques randonnées, des pique-niques et certainement des moments de rigolade quand je vais remettre mes fesses à cheval entre-autres. D’autres moments que nous partagerons avec vous sur des sujets divers et variés par vidéo mais ça, c’est une surprise.

J’aime Chérie-Chérie plus que tout et je ne suis pourtant pas toujours doué pour lui montrer alors mon bonheur sera lié au sien et je la souhaite heureuse. Plus de questions mais de l’observation, de la perception et de l’empathie, un pas vers l’Amour. Love.

2 thoughts on “Un objectif pour ne pas se perdre

Nous apprécions vos commentaires (like the post)