Les GlyphAwards de Générations Futures

Où achète-t-on le plus de pesticides ? Et lesquels ?

Générations Futures a décidé d’y répondre. Aujourd’hui, en partenariat avec Le Parisien, l’association met en ligne les cartes de France, détaillées et exclusives, des ventes de pesticides par département et par catégorie de pesticides.

Comment ? En utilisant les données officielles de 2017 existantes issues de la BNVD (ou Base de Fonnées des Ventes des Distributeurs, un fichier Excel qui dépend du Ministère de la Transition Ecologique) qui donnent les quantités des différents produits commerciaux pesticides vendus dans chaque département . Selon Le Parisien, ces données avaient été publiées dès juin sur le site gouvernemental Eaufrance.fr, mais rapidement retirées car certaines n’avaient pas été anonymisées, selon l’entourage de Nicolas Hulot, alors Ministre.

La carte de France

De ces données, Générations Futures a déduit les quantités de matières actives vendues dans chaque département « en moulinant longuement ces informations« .

L’une des cartes

Et les résultats font froid dans le dos. L’Aube est le département français où l’on a le plus vendu de produits phytosanitaires en 2017, avec 3276 tonnes de substances actives, devant la Gironde, la Marne et le Vaucluse. Car le Nord, la Champagne, le Bordelais, la région nantaise et le littoral méditerranéen sont des régions particulièrement exposées aux pesticides.

« La vigne et l’arboriculture sont des cultures qui consomment beaucoup de produits phyto et où l’on retrouve des perturbateurs endocriniens »

Dans son plan biodiversité lancé en juillet, le gouvernement a promis de présenter des données de ventes plus précises, par code postal des acheteurs. Ces chiffres, restés jusque-là cachés, devraient être bientôt (et officiellement) présentés par le Ministère de François de Rugy.

Provoqueront-ils un choc de conscience ? Si les riverains et consommateurs s’inquiètent pour leur santé, les produits phytosanitaires restent largement soutenus par les parlementaires qui estiment que « la transition n’est pas encore assurée ». La FNSEA, quant à elle, se dit prête à faire sa révolution, à la condition que les produits de substitution soient efficaces et surtout, rentables.

On le voit, beaucoup de chemin reste à parcourir… Mais les mentalités changent. Et chaque pas compte. Alors ne baissons pas les bras ! 🙂

La juriste.

One thought on “Les GlyphAwards de Générations Futures

Nous apprécions vos commentaires (like the post)