La quête de l’immortalité

Vous êtes bien sur le blog Equi-Wild avec Mamy Horse. Aujourd’hui, je vais vous parler de la quête de l’immortalité. Cette réflexion vient tout droit d’un article du blog Accordéon et dentelles au jardin. Je t’invite à lire cet article et les commentaires qui suivent.

Santé et Nature

J’ai ajouté une nouvelle rubrique à ce blog.  En effet, l’Equi-Wild est un mode de vie très naturel qui ne se limite pas à la vie des chevaux. Je vous parle de naturopathie, de Fleurs de Bach, d’huiles essentielles et des plantes que je découvre grâce aux chevaux sauvages. Bienvenue dans Ma vie de Licorne 🙂

La quête de l’immortalité

La question d’Agathe : « Comment ? Malgré toutes nos assurances, vaccins et pilules diverses on ne l’est toujours pas ? (immortel). Je n’ai pas répondu dans les commentaires parce que j’estime que le sujet peut faire un article à lui tout seul (voir même, plusieurs ;)).

La médecine aujourd’hui

Mes études me poussent dans la recherche des soins aux animaux et aux chevaux en particulier. Dans mon cursus, la pharmacologie m’avait beaucoup intéressée. C’était il y a dix ans. Aujourd’hui, la vaccination obligatoire, les protocoles de soins auxquelles sont soumises les pathologies et la pharmacopée en général sont sujets à controverse.

Peut-on réellement éradiquer la maladie ?

La réponse me semble évidente. Avec toutes nos pilules, nos vaccins, nos molécules synthétisées, la maladie est toujours présente. Du simple rhume à la maladie du siècle (le cancer), chaque jour nous croisons la maladie et la mort. Rien ne disparait et nous savons créer des virus dans des laboratoires, c’est pas génial ça ?

La mort fait partie de la vie

Je ne sais plus quel philosophe a écrit que pour bien mourir, il a l’art de bien vivre. A qui sert la quête de l’immortalité chez l’homme ? Il ne vit pas. Il perd son temps à penser à la mort et à la meilleur façon de l’éviter. Ce n’est pas très vivant comme attitude. S’il faut survivre en attendant le Saint Graal, les anti-dépresseurs vont se vendre à gogo. Nous allons tous mourir un jour. A quoi bon l’acharnement thérapeutique ?

La peur n’évite pas le danger

Je ne vais pas m’étendre sur l’hyper vaccination. Sachez que je ne suis pas vaccinée et que c’est mon choix. La mort arrivera en son temps mais tant que je suis en vie, je reste vivante. Je ne vais pas aux campagnes de « prévention » parce que je préfère vivre mon temps libre dans la nature et pas dans un laboratoire. La mort ne m’a jamais posé de réel problème. Ceux que l’on aime ne meurt jamais, ils continuent à vivre en nous par ce qu’ils nous ont transmis.

Vous voulez réellement mon avis ?

OK, je vais l’écrire. La santé est dans notre mode de vie : nourriture, joie, activités, amour. Ça peut arriver d’être malade. Mais ça reste une exception. Généralement, la maladie a une cause et une raison d’être. Pourtant, la médecine actuelle ne soigne pas la cause. Elle vend des pilules.

Et souvent, ces pilules ont des effets secondaires qui créent une maladie. L’industrie pharmaceutique n’a aucun intérêt à nous voir en bonne santé. La maladie, ça rapporte alors vous n’en avez pas fini avec les pesticides et les toxiques. D’un coté, le produit se vend…….alors que nous savons parfaitement qu’il représente une danger de santé publique. Les malades enrichissent ces industries et finalement, ce sont les mêmes qui créent les maladies et font croire à la quête de l’immortalité.

Question de choix

Nous allons tous mourir, je crois qu’il est préférable de l’accepter. Et autant mourir, je m’en fiche…autant je n’ai pas envie de vivre en survie. J’ai trouvé un mode de vie qui me convient. Ma devise est de vivre pleinement chaque journée comme si c’était la dernière. Pour les petits maux, la naturopathie, l’homéopathie et l’happiness Therapy font leur œuvre. Parfois, un antibiotique est nécessaire quand ces médecines douces n’ont pas de réponse (c’est rare). Au delà, pour avoir déjà survécu dans des hôpitaux qui ne m’ont apporté aucune aide,  je ne finirai pas ma vie en rat de laboratoire à subir des traitements inhumains en sachant que de toute façon, la mort est au bout du tunnel.

Bibliographie

 

 

 

Author: Mamy Horse

Mamy Horse ou les aventures d'une licorne cinquantenaire, fondatrice Equi Wild - écologie, randonnées équestres et pédestres. Look, tutos, cuisine, humour, animaux et shopping.
Association la maison écologique (Protection de l'environnement)

4 thoughts on “La quête de l’immortalité

  1. https://i65.servimg.com/u/f65/12/51/71/93/brava10.gif
    Antidépresseurs, les derniers temps de mon activité professionnelle ont été très durs, le médecin voulait m’en prescrire… j’ai refusé en lui disant que je ne déprimais pas hors du boulot et que je ne les prendrai pas… un an après je me félicite toujours de ne pas avoir touché à cette cochonnerie pas plus qu’aux somnifères auxquels une grande majorité de nos semblables est dépendante (la mémoire qui flanche elle vient toute seule, pas besoin de la favoriser).
    Merci pour ce billet plein de bon sens !

    1. L’anti dépresseur est éventuellement une béquille pour commencer une psychothérapie. Je le réserve aux cas « lourds ». Il régule la chimie du cerveau. Quand tu commences à aller mieux, ton corps le rejette. Mais le cerveau est complexe et nous ne savons pas avec certitude ce que la molécule va toucher…..les fleurs de Bach restent une valeur sûre 😋
      Tout ce qui est benzo (anxiolytiques, somnifères…) Est assimilable à une drogue. Au bout d’un moment, tu ne sais pas si tu as de réelles insomnies où si le produit induit un syndrome de manque. Ça n’aide pas.
      Tu as d’autres idées d’articles ? 😋
      Bon dimanche 😘

  2. 😉 valeur sûre pour les fleurs de Bach ? Un peu de brandy (ou de cognac) sur un sucre revient moins cher. Et puis c’est anglais, Brexit oblige !!!!
    Anecdote, au cours d’une hospitalisation, ma voisine de lit adepte de ces fleurs a fini par demander de mes granules homéopathiques qui marchaient bien mieux sur les nausées post-anesthésie, ça m’est resté !

    1. Les fleurs de Bach n’ont aucune action sur les nausées 😂😂😂 mais rétablissent l’équilibre corps/esprit.
      Ton adepte n’était pas très informée lol. L’homéopathie fait aussi partie de mes valeurs sûres. Comme les huiles essentielles d’ailleurs. Il faut simplement connaître les traitements. Je fais de la naturopathie vétérinaire, et les chevaux n’ayant pas d’àpriori, l’efficacité des fleurs de Bach sur l’état psychologique n’est plus à démontrer. Mais à côté de ça, il faut soigner 😊.

Nous apprécions vos commentaires (like the post)