Cheval pieds nus : A chacun son choix (2)

Cheval pieds nus : A chacun son choix (2)

Sujet très délicat que celui du cheval pieds nus. Cet article suit l’historique à retrouver sur le blog.

Je suis maréchal ferrant et pourtant, les chevaux que nous avons récupérés d’un troupeau naturel sont pieds nus et le vivent très bien. Il faut toujours se remettre en question.

Les commentaires peuvent être nombreux au sujet du cheval pieds nus et ils sont les bienvenus mais essayez de faire en sorte qu’ils soient constructifs de par vos expériences respectives. Dire qu’on n’aime pas les fraises parce qu’elles sont rouges n’avancent pas à grand-chose et n’aide pas les propriétaires qui peuvent se poser des questions quand au besoin ou non de ferrer son cheval. Je vous remercie d’avance.

Les pieds nus de Ganesh et Gaya

Ça fait maintenant 2 ans que j’étudie le comportement de Ganesh et de Gaya qui, donc, ne sont pas ferrés. Ganesh est monté par Mamy Horse et Gaya, qui n’a pas encore 2 ans et demi, suit en liberté totale (sur les chemins bien sur).

Ils ont évolué, au début de leurs existences, en troupeau et ils étaient déplacés d’un pré à l’autre sur le bitume et les chemins caillouteux pour « user la corne ».

Les premières sorties

La première année, nous avons commencé par de petites ballades et à la première longue ballade qui devait faire un peu plus de 20 kms avec une alternance bitume-chemin caillouteux et dur mais en majorité chemin, Ganesh, cheval pieds nus, a eût des difficultés en fin de promenade. Il s’est campé et n’a plus voulu avancer. Angélique est donc descendu et effectivement, ses antérieurs étaient un peu sur la sole.

Il a terminé la ballade sur les bords de route herbeux et il est resté au repos une quinzaine de jours dans un des parcs où une rivière passe. Je vous rassure, il n’y a eût ni boiterie, ni échauffement de sole. Par contre, tout en surveillant tous les jours, je l’ai laissé faire et Ganesh est allé tout naturellement se faire sa petite thalasso dans son pédiluve et il y restait assez longtemps.

Évolution des pieds

Je n’ai mis aucun onguent ou produit d’aucune sorte, l’eau vaut tous les produits du marché. Nous avons ensuite pu reprendre pour de petites ballades. Gaya, l’an dernier, ayant un pied plus sujet à une légère encastelure n’a pas rencontré ce problème.

Ses pieds se sont d’ailleurs rapidement évasés pour retrouver un bon appui de la fourchette et une bonne élasticité, beaucoup plus rapidement que s’ils avaient été ferré avec une garniture suffisante ou un fer approprié.

Les randonnées

Nous avons donc repris les ballades en surveillant de très près leurs pieds et c’est tout naturellement que leurs pieds se sont habitués au rythme des ballades et à leurs longueurs. Je continue à les observer en liberté, en totale liberté.

Je m’aperçois que leur alimentation varie bien sûr en fonction des saisons mais également en fonction de leur environnement, du climat, etc… Leurs choix pour telles ou telles plantes a une importance autant pour leurs bien-être que pour leurs activités journalières.

Le rôle de l’alimentation

Un exemple qui me vient : Quand il a fait très chaud, les chevaux se sont mis à brouter très régulièrement de l’armoise pendant les ballades et l’armoise est un excellent diurétique entre autres et ils recommencent à en manger car une des autres vertus de l’armoise est d’être un excellent vermifuge.

Ils ne sont pas allés le lire sur le net alors je suis persuadé que pour leurs besoins physiologiques, ils s’adaptent et trouvent toutes les compensations nécessaires dans la nature. Le cheval est d’ailleurs resté pieds nus pendant quelques milliers d’années (cf préambule au cheval pieds nus). Par contre, avant chaque ballade, ils ont droit à leurs bains de pieds et si on peut le faire en cours de route, on le fait pour leurs plus grand plaisir.

Les explications techniques

Le cheval pieds nus
Le cheval pieds nus

Je rappelle qu’on dit que le cheval a 5 cœurs, le cœur a proprement parlé et les 4 pieds qui font vascularisation par le biais de la fourchette qui fait pompe et renvoie le sang en assurant ainsi une irrigation du pied et des membres et donc une meilleure circulation du Qi (l’Energie). On entend par Qi, le sang et les autres fluides vitaux. Je suis persuadé que l’on peut éviter certaines boiteries et maladies du pied grâce à cette meilleure circulation chez le cheval pieds nus.

Avec un fer, ça s’avère plus compliqué d’assurer la vascularisation étant donné qu’il y a l’épaisseur du fer qui entre en ligne de compte et comme je l’expliquais à Mamy Horse lors d’une pause dans les bois, il faudrait que le fer vienne entourer une petite pierre afin que celle-ci vienne faire appui sur la fourchette et lui donner cet effet de pompe… (trop fort). La ferrure est, à mon sens, d’avantage liée au confort du cavalier qu’au confort du cheval.

Savoir mettre pied à terre

Qui veut voyager loin ménage sa monture, dit le proverbe alors oui, il faut savoir mettre pied à terre lors de passages difficiles ou simplement pour laisser reposer votre cheval de votre poids, ça vous fera du bien aussi de vous dégourdir les jambes et surtout le laisser brouter comme il en a envie.

Il n’y a que lui qui sait ce dont il a besoin, il n’a pas besoin de nutritionniste ou diététicien, ces nouveaux métiers qui commencent à poindre leurs nez par appât du gain tout comme les dentistes équin ou podologues.

Mon conseil

Auparavant, c’était le maréchal ferrant qui s’en occupait en collaboration avec le vétérinaire et il n’était pas question de râper les dents à tout va mais bon, c’est un autre débat. En parlant de nouveau métier, pas de pied, pas de cheval alors même si vous optez pour le cheval pieds nus, tournez vous vers un maréchal ferrant qui est le professionnel du pied. Il saura vous conseiller pour une bonne transition et suivre votre cheval par la suite.

Les noms racoleurs de podologues, de parage naturel, des stages qui ne dure que 5 jours sont de la poudre aux yeux alors prenez garde !

Nous apprécions vos commentaires (like the post)