Cavalcade #1 : Mon écurie rêvée

Suite à mon abominable intervention (je suis désolée Debo) sur la participation de Débo Evanell à la nouvelle Cavalcade, je vais vous présenter Mon écurie rêvée….. qui n’est pas réellement une écurie. Juste pour aujourd’hui, je peux rêver un peu avec ce nouveau thème.

La cavalcade des blogs

Petit rappel concernant la Cavalcade des blogs, elle a été créée par Gaëlle du blog Cheval Facile et tu peux trouver la dernière Cavalcade sur le blog : Cavalcade #6 : Philosophie Cavalière accueille la 48ème édition !. Le thème de ce mois-ci est : Ton écurie rêvée. Ce thème est proposé par Camille du blog Pony Driver.

Mon intervention sur le rêve de Débo

« Le béton, c’est pour le côté dur, qui je le rappelle est aussi bon pour les pieds des chevaux.
Et ce n’est pas parce que tu n’as pas d’aire de pansage que tout le monde devrait s’en passer. »

Le béton…. Le béton devient très rapidement poreux. Ce n’est pas bon du tout pour les pieds des chevaux (désolée) parce que c’est abrasif (ça brûle la fourchette, la sole etc)….. Le béton oblige la ferrure.

Cavalcade - Mon écurie rêvée
Cavalcade – Mon écurie rêvée

Écologie et environnement

La photo ci-dessus est ce dont je rêve pour les chevaux. Une immense étendue verte sans limite ni frontière. Sans construction humaine. La nature offrirait aux chevaux tous les abris dont ils ont besoin. Ils iraient se rouler et boire dans la rivière.

C’est une petite réalité pour les chevaux dont je m’occupe. Malheureusement, l’Homme m’oblige à les mettre dans un pré clôturé le soir. C’est le prix de leur vie, de leur sécurité. Ces deux là étaient destinés à prendre une balle en pleine tête alors je pense qu’ils ont le droit à leur vie de cheval.

Dans nos prés, il y a une écurie en pierre avec un sol en terre battue. Elle est là depuis des siècles. Nous n’avons pas d’aire de pansage : nous n’attachons jamais les chevaux. Chaque matin, David se lève tôt pour faucher de l’herbe fraîche. Il va ensuite la donner aux chevaux et le crottin est ramassé chaque jour, puis composté.

Entre le rêve et la réalité

C’est la cavalcade des chevaux et poneys. Ces chevaux n’ont pas de douche à l’écurie. Ici, en Ardèche, nous encaissons la deuxième année consécutive de sècheresse. L’eau est très précieuse et nous en avons besoin pour la boire, les chevaux boivent aussi. Dans mes rêves, l’humain à pris conscience de l’importance de la nature. Il vit en harmonie avec ses chevaux.

La sècheresse, c’est aussi une pénurie de foin. Que vont manger les animaux (et donc les chevaux) quand la neige recouvrira les prés ? Dans mes rêves, nul ne veut posséder un cheval s’il n’a pas de place à lui offrir. Je rêve un peu trop de respect et pourtant, je connais la nature de l’homme (il y a heureusement quelques exceptions).

L’importance de la terre

Vous l’aurez compris, mon écurie rêvée est en pierre sur un sol de terre battue. Le béton est polluant comme tout ce qui recouvre artificiellement la terre. Je rêve de ne voir pousser le béton qu’en cas de nécessité. Et je pense que c’est uniquement pour son confort personnel que l’humain veut une aire de pansage « facile à nettoyer »…. Dans mon idéal, l’humain a retrouvé sa force et son courage. Il travaille pour ses animaux et ses chevaux sont ….. des chevaux. Le cheval a besoin de manger, si tout est en béton, où va pousser l’herbe ? Mais rassurez vous, les vaches « hors sol » me donne ce même sentiment : à force de maltraiter le cheval en particulier et la nature en général, il se détruit lui-même. C’est une cavalcade très anarchique.

Prendre du temps

Dans mon écurie rêvée, l’humain prend du temps pour son cheval et remercie ce cheval de tout ce qu’il fait pour lui. Le cheval est un véhicule écologie 😉 qui peut être atteler, aider aux travaux des champs et du bois. Il est aussi souvent un cheval de sport qui fait de la compétition pour son cavalier. Alors il a le droit, lui aussi, d’avoir le plaisir des grands espaces et de la liberté pour le remercier. Tout travail mérite salaire.

Et pour aller plus loin ….

L’Homme fera un effort pour que le cheval puisse avoir du foin sans glyphosate, ni pesticide ni autre saloperie. Il ne sera plus un objet. Il reprendra sa place.

Tout ça, c’est compliqué à envisager pour les citadins. Ben oui chers lecteurs, j’ai vécu en région parisienne dans un appartement en béton. J’ai pris le RER tous les jours pour aller travailler et j’ai galéré les jours de grève. Je n’ai pas eu l’idée à ce moment là de prendre la responsabilité de gros animaux.

Je suis venue me perdre en Ardèche. Ici, la vie est difficile mais j’ai le luxe de l’espace. Je réserve une partie de cet espace aux animaux que l’homme abandonne parce que ….. parce que cet animal, il n’en veut plus. Vous savez, les chevaux aussi sont abandonnés. Ils vieillissent, ils ont été blessés ou tout simplement, ils n’ont pas les « performances » attendues. Ganesh et Gaya sont devenus résidents permanents mais il y a les autres…. ceux qui attendent une place.

 

Author: Mamy Horse

Mamy Horse ou les aventures d'une licorne cinquantenaire, fondatrice Equi Wild - écologie, randonnées équestres et pédestres. Look, tutos, cuisine, humour, animaux et shopping.
Association la maison écologique (Protection de l'environnement)

Nous apprécions vos commentaires (like the post)