Le cow-boy qui sauva les mustangs sauvages

Les mustangs sauvages des monts Pryor du Montana descendent en droite ligne des montures des conquistadors espagnols.

Act of 1971

Le Wild and free-roaming horses and burros act de 1971 (Loi publique 92-195) est une loi fédérale des États-Unis, en vertu de laquelle les chevaux et les ânes sauvages présents sur ce territoire sont protégés de tout abattage et déplacement de population, et gérés par le Bureau of Land Management Cette belle prise d’initiative du Congrès Américain afin de sauver les mustangs permit de faire remonter la population des mustangs mais que pour un temps. Aujourd’hui, cette loi ne semble plus respectée.

La capture des mustangs sauvages

La capture des mustangs se déroule souvent dans des conditions très violentes, on appelle cette opération les « round ups ». Il s’agit de poursuivre une population de mustangs cibles avec un hélicoptère afin de les effrayer. Les mustangs apeurés galopent pour échapper à l’hélicoptère, qui les mène droit dans le piège afin de les capturer. Ces méthodes sont traumatisantes et très violentes pour les chevaux. Les poulains, juments gestantes, ou encore les vieux chevaux y laissent souvent leur vie, mourant dans l’enclos servant de piège ou quelques jours plus tard.
La capture des mustangs sauvages
La capture des mustangs sauvages

« Ces chevaux sont parqués dans des enclos provisoires où « longue durée » signifie en réalité « pour toujours ». L’équivalent de la prison à vie pour des chevaux. Ils sont censés galoper à perte de vue dans la prairie, courir crinière au vent : de liberté, ils ont besoin de liberté. »

Le cow-boy

Né dans un ranch d’Arizona, cow-boy et éleveur, Alan Day a créé la première réserve pour chevaux sauvages financée par l’État et a initié aux États-Unis le programme de sauvegarde des mustangs. Je vous recommande la lecture de Horse Lover (Alan Day) : l’auteur a pour objectif de prendre les chevaux indésirables (non adoptables) pour les mettre sur une bonne prairie où ils puissent à nouveau se déplacer.

« La voix que j’avais entendu en moi ne s’était pas trompée. Il était temps que je travaille avec les chevaux sauvages. »

Les conditions de détention du BLM

Les chevaux ne meurent pas de faim, ils sont en bonne condition, ils ont de belles robes, mais ils ne sont pas heureux. Les mustangs sauvages naissent pour courir sur de vastes étendues. Ils sont capables de parcourir chaque jour des kilomètres et des kilomètres. On a beau les nourrir et s’occuper d’eux, on les maltraite en les empêchant de suivre leur vocation naturelle. J’écrivais que le cheval est l’animal le plus maltraité…….en France. Je ne peux que constater que les motifs sont toujours « écologiques ». Éviter le surpâturage signifie en réalité extraire du pétrole. Le sens des priorités m’étonnera encore longtemps je crois.

Lecture

Author: Annawenn

Cavalière passionnée par la nature, la randonnée et bujo addict. Doctorante de la filière équine. L'Equi-Wild est une philosophie & une activité à découvrir pour les amoureux de la nature en général, des chevaux en particulier

Nous apprécions vos commentaires (like the post)